Polaroid.jpg

Artiste sonore basé à Montréal, Louis-Olivier se plaît à naviguer entre différents terrains de jeux créatifs sans, toutefois, quitter le médium sonore; que ce soit la radio, la musique, le documentaire, la musique à l'image, le rock ou la composition. Son travail de compositeur s'ancre principalement dans l'écriture du réel où le jeu sur le sens sert de tremplin à l'élaboration d'une poésie par le son. Inspiré par les correspondances entre la musique, les arts visuels et le cinéma, il aime se servir des zones comprises entre réalisme et abstraction comme matière artistique. Il s'intéresse beaucoup aux rapprochements entre l'art et la spiritualité. En 2019, il lance un documentaire contemplatif sur la communauté bénédictine de St-Benoît-du-Lac nommé Abbaye.

 

De plus, le jeu sur les espaces sonores et imaginaires est un pilier de son travail. Au long de son parcours, il a développé cet intérêt pour l'immersion en créant ses oeuvres sur des systèmes de son spatialisé tels que le dôme de haut-parleurs, l'octophonie et le binaural.

Il détient un baccalauréat en musiques numériques de l'Université de Montréal est candidat à la maîtrise en création sonore sous la direction de Georges Forget.

 

Louis-Olivier est lauréat du prix Découvertes Pierre Schaeffer remis par Phonurgia Nova et du 3ème prix du concours RIDM/Le réel à l'écoute tenus en 2017 et récipiendaire de la bourse Gulliver (SACD France et Belgique/RTBF) pour son documentaire sonore Abbaye. Il a aussi été récipiendaire de la bourse Nouvelle garde remise par le Conseil des arts de Montréal et est boursier du Conseil des arts du Canada. Il aussi fait des sons et musiques pour des productions de Moment Factory, Les 7 doigts, de Float4 et de Magnéto.